Tout savoir sur la maison durable

Aujourd’hui, les problématiques environnementales sont au cœur des préoccupations de chacun. Le secteur résidentiel notamment, responsable de plus de 78 millions de tonnes d’émission de CO2 en 2017 déjà, se doit maintenant de se réinventer. L’une des clés justement pour lutter contre le réchauffement climatique et respecter l’environnement, c’est la maison durable. Construite dans le respect de valeurs écologiques, éthiques et esthétiques, celle-ci va même bien au-delà de la “simple” maison économe en énergie. Alors de quoi parle-t-on exactement ? Faisons le tour du sujet.

maison durable

La maison durable : de quoi s’agit-il ?

Un point sur ses enjeux

La maison durable est bâtie selon les principes fondamentaux d’éco-conception, de performances énergétiques et de consolidation du lien social. Elle respecte généralement un ou plusieurs des labels énergétiques les plus exigeants tels que le label HQE (Haute Qualité Environnementale) ou BBC (Bâtiment Basse Consommation), par exemple.

Avant tout, l’habitation durable génère très peu d’émissions de gaz à effet de serre du fait d’installations utilisant les énergies renouvelables mais également de ses matériaux constitutifs. Ces derniers sont très bons isolants, respectueux de l’environnement et de la santé des propriétaires : bois, aluminium, peintures sans Composés Organiques Volatiles (les COV, qui se libèrent dans l’atmosphère jusqu’à 28 jours après la pose, sont néfastes pour la santé)...

Très peu énergivore, l’habitation durable permet ainsi à ses occupants de maîtriser leur facture énergétique, de vivre mieux et de façon plus saine.


Maison en habitat durable : peut-on parler de résilience ?

Dans ce contexte, la résilience désigne la capacité d’une habitation à détenir le potentiel pour rester fonctionnelle (eau, éclairage, température de l’habitat…) même en cas de changements climatiques, économiques ou sociaux. Il s’agit en fait de pouvoir s’adapter à un nouvel environnement. Du fait de ses caractéristiques particulièrement innovantes, on peut en effet avancer que la maison durable tend à être résiliente. Néanmoins, des analyses poussées doivent être menées avant sa construction pour réellement intégrer la dimension “résilience” au logement.


Différents types pour une maison durable ?

On est souvent confrontés à plusieurs appellations lorsqu’on parle d’habitat durable : maison écologique, maison passive ou encore maison autonome. Parle-t-on de la même chose ?

maison durable

En fait, la maison écologique est bâtie sur les valeurs environnementales citées précédemment mais n’intègre pas forcément de dimensions éthiques et sociales. Pour ce qui est de la maison passive (ou BBC), l’accent est avant tout mis sur les performances du bâtiment, qui ne doit consommer que très peu d’énergie. Pour la maison autonome enfin, les performances sont poussées davantage : il s’agit de construire une maison qui produit sa propre énergie (et même davantage que les besoins de l’habitation). Pour ces différents types d’habitations, la nuance est maigre, mais tout de même présente.

Maison durable : Eco-construction au cœur du processus

Le principe de l’éco-construction, c’est de créer une habitation respectueuse de l’environnement, qui s’intègre harmonieusement avec lui.

L’utilisation du bois dans la construction avant tout

Quoi de mieux pour se fondre dans l’environnement que d’utiliser le bois comme matériau principal de la maison durable ? C’est en effet ce qui se fait le plus souvent, du fait également des performances environnementales et thermiques de ce dernier.

maison durable

L’ossature bois est en effet particulièrement isolante et permet la suppression des ponts thermiques responsables des échanges de chaleur entre intérieur et extérieur de l’habitat. La maison durable est de ce fait, dès la racine, beaucoup plus économe en énergie. Aussi, le bois permet une réduction significative de l’hygrométrie ambiante (taux d’humidité de l’air) et accentue donc le confort des habitants au quotidien.

Mais qui dit éco-construction dit également installation d’une isolation performante en sus de l’ossature bois (extérieure ou entre ossature) au moyen de produits naturels tels que la fibre de bois. Cette dernière dispose d’un coefficient de performance thermique compris entre 0,037 et 0,049 W/m.K et également de performances acoustiques remarquables.

Des matériaux naturels et performants dans les moindres recoins

En somme, chaque ressource utilisée pour la construction et l’isolation de la maison durable sont naturels et proviennent de sites de production locaux gérés durablement, cela dans un but de préservation des ressources naturelles. Dans une maison durable, l’ensemble des liants et des colles sont également d’origine non chimique.

Ainsi, l’utilisation de ces ressources permet de procurer un environnement sain aux occupants de l’habitation. N’oublions pas qu’il s’agit de l’un des impératifs d’une construction durable.

L’accentuation des performances énergétiques pour une maison durable

Comme dit précédemment, l’utilisation de matériaux d’ossature et d’isolants performants permet déjà à la maison durable d’obtenir d’excellentes performances énergétiques. Les critères d’orientation et d’ensoleillement ont également été soigneusement analysés pour permettre l’obtention d’un confort thermique et de performances énergétiques maximum. Mais le travail ne s’arrête pas là ! L’habitat durable doit également être performant à l’usage et sur le long terme.

maison durable

Pour cela, il convient d’y installer des appareils de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire utilisant des énergies renouvelables : chauffe-eau solaire, poêle à pellets à inertie ou encore système solaire combiné… Autant d’équipements qui permettent parfois de réduire jusqu’à 70% la consommation d’un logement ordinaire en comparaison des installations classiques (chaudière…).

Aussi, le recyclage des déchets, l’assainissement de l’habitation ou encore l’impact de cette dernière sur la faune et la flore environnante doivent être optimisés. Il est donc fréquent de retrouver dans une maison durable un récupérateur d’eau de pluie, une toiture végétale, ou encore un écosystème épuratoire naturel dédié à l’assainissement par phyto-épuration.

Le point sur les enjeux sociaux et solidaires d’une maison durable

Habitat durable : créateur de lien social

L’un des buts de la création d’une maison durable, c’est aussi de favoriser la cohésion sociale. En bâtissant une habitation saine, on rassemble une ou plusieurs personnes sous le même toit, qui ont elles-mêmes des interactions de voisinage etc. Dans ce contexte d’ailleurs, notons que la maison durable doit être construite proche des commodités et non être isolée pour que ses occupants profitent des potentialités locales.

maison durable

Aussi, la cohésion sociale passe par le partage de savoir-faire et de compétences des artisans intervenant dans la construction. Ce dernier critère est essentiel : il balaie totalement les modes de construction traditionnels dans lesquels un chef de chantier prend la charge de l’ensemble des travaux et les artisans ne font que se croiser. A contrario, la maison durable est bâtie grâce à une forte collaboration des artisans : les problèmes sont résolus plus facilement et chacun en ressort enrichi.

Maison durable et développement du tissu économique local

Tout comme les ressources utilisées pour la création de la maison écologique sont locales ou issues du commerce équitable, les professionnels du chantier sont tous des artisans locaux. Cela permet donc de favoriser le dynamisme économique local.

Finalement, on remarque donc qu’un maillage fort se tisse autour de la construction de la maison durable, entre artisans et propriétaires. Il ne s’agit plus seulement de construire un bâtiment respectueux de l’environnement mais bel et bien de faire naître par ce biais une véritable aventure humaine dans laquelle chacun poursuit le même objectif éthique et écologique.

A présent, vous détenez les cartes en main pour déterminer si la maison durable est bel et bien faite pour vous. Notez que le coût d’acquisition d’un tel logement est généralement 20% supérieur à celui d’une maison traditionnelle, mais que les économies d’énergies sur le long terme permettront de rentabiliser rapidement cet investissement.