Maison autonome en eau et en électricité : la nouvelle tendance

Si vous souhaitez rendre votre maison autonome, pourquoi ne pas produire soi-même l’électricité et l’eau dont elle a besoin. Voici ce qu’il faut savoir sur le sujet.

Depuis quelques années déjà, les questions liées aux économies d’énergie sont au centre des débats. Nombreuses sont des familles qui décidé de faire un geste pour la planète en en faisant le choix de construire des maisons autonomes.

On dit d’une maison qu’elle est autonome en eau et en électricité lorsque dans son fonctionnement, elle s’affranchit de toute source d’eau et d’électricité externe. Pour répondre aux besoins des habitants, des systèmes de production naturelle d’électricité et de récupération d’eau de pluie seront mis en place. On vous explique tout ça dans cet article.

D’abord c’est quoi le concept maison écologique autonome ?

Encore appelée « maison énergie zéro », une maison écologique autonome est similaire à la maison autonome durable, et est une habitation qui jouit d’une indépendance en termes de besoins énergétiques renouvelables. C’est une maison qui produit elle-même l’intégralité de l’énergie dont elle a besoin et gère l’eau qu’elle consomme. En effet, elle ne consomme qu’à peu près 100 kWh par m² par an.

Autrement dit, la maison écologique autonome n’est donc rattachée à aucun des réseaux nationaux de gaz, d’électricité ou d’eau. Pour ce faire, la maison autonome fait appel aux moyens de production d’énergie locaux qui lui servent à alimenter le système de chauffage, l’eau chaude sanitaire, les appareils électroménagers et tous les autres appareils électriques.

Comment fonctionne une maison autosuffisante en eau et en électricité ?

Une maison autonome en eau et en électricité doit pouvoir fournir :

  • De l’électricité pour faire tourner les appareils électroniques, électroménagers et pour s’éclairer au quotidien.
  • De la chaleur pour chauffer ses habitants en hiver
  • De l’eau potable pour les besoins domestiques
  • De l’eau chaude pour les besoins sanitaires

L’autonomie en électricité

Pour qu’une maison soit autonome en électricité, elle devra être capable de produire elle-même sa propre énergie électrique, la consommer directement et avec modération. Ceci nécessite de faire appel à un ou plusieurs appareils de production d’électricité tels que les éoliennes domestiques ou encore les panneaux photovoltaïques.

L’autonomie en eau

L’autonomie en eau passe majoritairement par la récupération d’eau de pluie. Une fois traitée, cette eau pourra servir à alimenter les toilettes et la machine à laver. Elle peut aussi être utilisée pour le ménage et l’arrosage. Mais, il est strictement interdit de consommer cette eau.

Afin d’optimiser la récupération des eaux de pluie, il est primordial de s’équiper par exemple d’une cuve afin de recueillir de grande quantité d’eau. Dans la mesure du possible, les toitures végétalisées sont à prioriser, mais peuvent être remplacées par des tuiles en terre cuite. En ce qui concerne l’eau chaude, il faut prévoir un système de stockage d’eau chaude en plus d’un chauffe-eau thermique ou photovoltaïque avec batterie.

Toujours dans un souci d’optimisation, il faut aussi porter une attention particulière sur certains points tels que :

  • L’isolation des combles qui est un aspect primordial puisqu’il permet de réduire les besoins en énergie pour assurer le chauffage en hiver.
  • L’orientation de la maison autonome est également à prendre en considération, afin de tirer tous les bénéfices offerts par la chaleur naturelle du soleil et d’accroitre le rendement des panneaux solaires.
  • Des parois végétalisées peuvent également être d’une grande aide pour maintenir la fraîcheur dans la maison autonome l’été.

Autonomie en eau et en électricité : le choix des installations

Il est tout à fait possible de produire et de consommer l’eau et l’électricité de façon autonome même si cela requiert des installations particulières. A cet effet, il faut être vraiment minutieux dans le choix des équipements, car plus les équipements seront performants, plus l’autonomie sera réelle. Parmi les équipements préconisés, on peut citer :

  • Les éoliennes domestiques : elles produisent de l’électricité domestique grâce à la force du vent et de la taille des pales. Avec une installation de 8kw à 30kw, on produit entre 10.000 et 50 000 kWh par an. A titre de rappel, cette énergie renouvelable n’émet aucun gaz lors de la production, elle est donc écologique. Le seul inconvénient est qu’elle est entièrement dépendante de la topographie, de l’environnement et de la météo.
  • Les panneaux solaires : ils sont connus pour leur capacité à transformer les photons de la lumière du soleil en électricité. Les scientifiques estiment que 1m² de panneaux photovoltaïques bien orientés peut produire en moyenne jusqu’à 100 kWh par an. Cette solution fait recours au soleil qui est une source d’énergie inépuisable et complètement gratuite. Le principal inconvénient voire le seul est que son installation nécessite de faire recours à des équipements aux coûts élevés.
  • Les chaudières à micro-cogénération : ce sont des appareils utilisés pour produire de la chaleur en été et de l’électricité au quotidien. En plus d’être économique et confortable, elles sont aussi très faciles à utiliser même si elles coûtent un peu plus cher que d’autres solutions.
  • Le chauffe-eau solaire ou photovoltaïques : ces deux systèmes complémentaires sont très performants. Ils peuvent être utilisés aussi bien ensemble que séparément pour limiter les dépenses.

Les avantages d’une maison en eau et en électricité

Les avantages d’une maison autonome sont multiples, parmi ceux-ci on peut citer :

  • La liberté totale sur le choix des systèmes et matériaux utilisés,
  • La gestion autonome des consommations d’énergie,
  • Ne nécessite aucun abonnement en gaz ou d’électricité à payer,
  • La consommation d’énergie est locale et permet de désencombrer les réseaux,
  • Elle utilise des ressources renouvelables et écologiques,
  • La réduction de l’impact environnemental de la maison.

Les gestes à adopter pour avoir une maison autonome en eau et en électricité

Pour rappel, l’autonomie d’une maison qu’elle soit en eau ou en électricité est relative à ses besoins au quotidien. Ainsi, plus les besoins quotidiens seront faibles, plus l’autonomie sera optimisée. Il est donc grand temps de modifier les comportements et les habitudes afin de baisser les besoins énergétiques.

Pour toute personne souhaitant faire le pas, voici quelques gestes simples à appliquer au quotidien pour optimiser l’autonomie en eau et en électricité :

  • Eteindre complètement les appareils électroménagers une fois l’utilisation terminée
  • Débrancher les chargeurs et les prises
  • Utiliser des ampoules à économie d’énergie et/ou rechargeables
  • Laver son linge à basse température
  • Privilégier les appareils à faible consommation d’énergie
  • Eteindre complètement les lumières en sortant d’une pièce
  • Préférer les douches aux bains et aux piscines
  • Installer par exemple une chasse à double débit
  • Equiper les robinets et pommeaux d’économiseur d’eau
  • Fermer l’eau pendant le brossage des dents ou le savonnage sous la douche

Réparer les fuites, même lorsqu’il s’agit d’une simple goutte à goutte.

En conclusion

En définitive, même si l’autonomie en électricité et en eau est loin d’être évidente, il existe néanmoins à ce jour de nombreuses solutions qui peuvent faire de cette utopie une réalité. D’ailleurs, en France, il n’existe aucune loi ni aucun règlement qui impose de se raccorder à un réseau d’eau ou d’électricité.


Poursuivez votre lecture :

Maison écologique autonome
Maison autonome prix
Maison en bois autonome
Maison autonome en énergie
Construire une maison autonome
Rendre sa maison autonome

Please note

This is a widgetized sidebar area and you can place any widget here, as you would with the classic WordPress sidebar.