Habitat passif et basse consommation : définition, critères, coût et les avantages d’en avoir une

Vous souhaitez réaliser des économies d’énergies et baisser votre consommation en énergie ? La solution se trouve certainement dans un habitat passif. Découvrez tout sur le sujet.

L’habitat passif et ses avantages

Né au début des années 1990 en Allemagne (passivhaus), le concept de la maison passive ou encore habitat passif désigne une construction écologique qui rend celle-ci autonome ou presque, sur le plan énergétique.

Sa consommation en énergie est réduite au tant que possible au mètre carré grâce aux énergies renouvelables. On peut citer comme exemple : le lin, le métal, le bois, etc… Considérés comme des isolants. Permettant ainsi de diminuer les pertes thermiques d’un bâtiment. Découvrez avec nous tout ce qu’il faut savoir sur un habitat passif.

Un habitat passif mais qu’est-ce que c’est ?

On appelle habitat passif ou maison passive est une construction qui consomme très peu d’énergie. Ce type de logement n’utilise que très peu, voire pas du tout, de source énergétique extérieure. Et ses besoins sont essentiellement couverts par sa propre production, par exemple grâce à un système de panneaux solaires.

Grace aux matériaux utilisés, ses équipements et son architecture, la maison passive bénéficie d’une température constante tout au long de l’année. Car elle ne consomme pas beaucoup d’énergie, tant pour le chauffage que pour la climatisation.

Il y a donc plusieurs critères et facteurs à prendre en compte pour rendre performante ce mode d’habitat. L’orientation de la maison vis-à-vis du soleil, l’environnement et le quartier, le mode de vie des habitants et l’optimisation de son architecture… en sont quelques-uns.

Les caractéristiques d’un habitat passif :

  • Un apport de chaleur direct grâce au système de panneaux solaires qui absorbent les rayons solaires ;
  • Une isolation très performante qui entraine l’étanchéité à l’air ;
  • Une absence de ponts thermiques ;
  • Un système de ventilation très efficace

Les critères d’une construction passive

Pour qu’un habitat puisse être reconnu comme étant passif, il doit répondre à 6 caractéristiques bien particulières. Parmi lesquelles : l’isolation de la maison et les ponts thermiques, l’étanchéité de l’air, la ventilation et le chauffage, l’énergie solaire et des appareils ménagers économes. Il s’agit des 6 leviers sur lesquels le constructeur et l’architecte s’appuient pour rendre le logement le plus autonome énergétiquement parlant.

Les 6 leviers d’économie d’énergie

Comme nous l’avons précisé précédemment, l’habitat passif possède 6 leviers différents, qui permettent tous d’effectuer des économies d’énergie. Pour passer d’un logement énergivore à un habitat respectueux des ressources environnementales. Nous allons voir plus en détail ces leviers à respecter dans la construction de ce type d’habitat :

  • Les ponts thermiques : Il s’agit d’une bonne isolation thermique du logement qui passe par la suppression des ponts thermiques. Ces derniers correspondent à la jointure entre 2 types de matériaux, qui peuvent alors réduire considérablement la chaleur. Ils sont favorisés par certains emplacements spécifiques dans la construction.
  • L’étanchéité de l’air : assurer une bonne étanchéité de l’air, permet d’améliorer la durabilité de l’isolation et de l’habitat en général. Généralement, un test d’infiltrométrie est effectué, en ciblant particulièrement les portes fenêtres, baies vitrées, et toute autre surface d’où la chaleur pourrait s’échapper. En moyenne, un habitat passif est 5 fois plus étanche qu’une maison classique. Les fuites ne doivent pas dépasser 0,6 fois le volume de la maison par heure, à une pression égale à 50Pa.
  • La ventilation : puisqu’une maison passive est étanche, il faut faire attention à ce que l’air circule bien et se renouvèle. C’est pourquoi il est nécessaire d’installer un système de ventilation à double flux. La ventilation nocturne est aussi très importante pour éviter les surchauffes en été ou dans les régions chaudes de France. Pour refroidir l’air de la ventilation de nuit, un récupérateur de chaleur doit être activé en journée. Notons aussi que les besoins annuel en chauffage doivent être inférieurs à 15kWh/m2.
  • L’énergie solaire : clé pour les habitats passifs, un système de production d’énergie solaire permet de recueillir et redistribuer la chaleur. C’est ce qui permet notamment au logement d’être indépendant des sources externes d’énergie. Cela permet également de réguler la température intérieure et d’alimenter les différents appareils électriques.
  • Les appareils ménagers économes : avoir une construction passive avec des appareils énergivores serait totalement contre-productif. Les appareils doivent utiliser peu d’électricité. Certains fournisseurs développent même des gammes de produits spécialement conçues pour les habitats passifs, pour répondre à leurs besoins énergétiques spécifiques.

Un coût de construction élevé

Globalement, une maison passive en construction neuve revient entre 15% et 25% plus cher qu’une maison individuelle dite classique. Le prix au m² varie ainsi entre 1 500 et 2 000 €. Certains facteurs permettent d’expliquer ce surcoût, notamment :

  • la nécessité d’une étude thermique,
  • l’isolation spécifique afin de garantir les performances du domicile, • les menuiseries passives (triple vitrage),
  • la VMC double flux,
  • la toiture végétalisée,
  • la pergola bioclimatique (si le terrain et le climat sont favorables à son installation),
  • d’éventuels équipements de domotique…

Cependant, les coûts de fonctionnement et de chauffage d’une maison passive sont très inférieurs à ceux d’une maison traditionnelle.

L’avantage d’habiter dans une maison passive

Les principaux avantages de la maison passive sont les suivants :

  • Une consommation énergétique réduite : de par sa conception, la maison passive ne requiert que peu d’énergie. Les factures correspondantes sont donc considérablement diminuées.
  • Elle consomme 90% d’énergie de chauffage en moins qu’un logement existant. Et 50% de moins qu’une maison nouvellement construite selon la réglementation thermique actuelle (RT 2012).
  • Un habitat respectueux de l’environnement : du fait de ses faibles besoins en chauffage, la maison passive consomme moins d’énergie (fossile notamment) et produit moins de dioxyde de carbone.
  • Une maison confortable : une étanchéité et une isolation optimales permettent d’améliorer le confort thermique pour les habitants. Notamment en assurant une température uniforme à l’intérieur de chaque pièce.
  • Un domicile protégé du gel : grâce à son isolation et son étanchéité, la maison passive est une construction dans laquelle on ne devrait avoir aucun risque d’explosion des canalisations d’eau à cause du gel.

En conclusion

Retenons que l’habitat passif est une construction qui s’inscrit dans une logique de protection de l’environnement. Il permet à chaque foyer de réaliser des économies d’énergie importantes.

En effet, le logement devient capable de s’autoalimenter énergétiquement. Cela nécessite une vraie prouesse technique, les services d’un architecte capable de construire le bâtiment ainsi qu’un certain investissement départ. Mais les avantages sont multiples, dont une meilleure qualité de vie et un plus grand contrôle du budget lié à l’énergie.

En respectant donc la logique du développement, l’habitat passif permet de réduire vos factures d’énergie tout en limitant votre impact environnemental.


Poursuivez votre lecture :

Isolation maison passive
Label maison passive
Aide construction passive
Chauffage maison passive

Please note

This is a widgetized sidebar area and you can place any widget here, as you would with the classic WordPress sidebar.